Librement-Vôtre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Conte : La corde du ministre

Toujours de mon conteur Béarnais.

Il y a de ça quelques jours, j'ai entendu une histoire que je vais vous raconter ici. A ceux qui pense que les ministres sont des bêtes magnifiques, vous avez raison. Et je vais vous dire pourquoi.

Un berger marchait en montagne avec ses trois ânes pour rejoindre sa cabane. Sur la route, le vent se leva, et les nuages amenèrent la nuit bien plus vite que l'attendait le berger. Surpris par la pénombre, le berger revint sur ses pas pour rejoindre la précédente maison. Arrivé à la maison, le berger tapa contre la porte et un vieux monsieur l’accueilli :

- "Je vais t'accompagner, tu auras de la place dans la grange, tu pourras y dormir sur de la paille et donner à manger à tes ministres"

- "Volontiers, merci beaucoup"

Les deux hommes commencèrent à enlever les charges des ânes lorsque le berger vit qu'il n'avait que deux cordes pour attacher les ânes :

- "Mince, je n'ai que deux cordes pour attacher mes trois ânes, en auriez-vous une chez vous ?"

- "Non, ici je n'ai pas de corde"

- "L'âne risque de s'échapper cette nuit quand je dormirai"

- "Si vous avez tant peur qu'il parte, je vais vous montrer quelque-chose"

Le viel homme s'approcha des deux premiers ânes, il passa les cordes autour de la tête de ces deux premières bêtes. Puis il arriva à la troisième et mima de passer une corde autour de la tête de ce dernier. Le berger un peu surpris :

- "je suis sceptique, mais je crois que je n'ai pas le choix pour cette nuit."

- "Vous verrez demain, bonne nuit, reposez vous bien"

Le berger s'endormit, avec une légère boule au ventre, la crainte que sa bête ne soit plus là le lendemain matin.

Le berger fut réveillé très tôt par la lumière du soleil qui entrait dans la grange. Quelle ne fut pas sa surprise quand il vit que son âne n'avait pas bougé. Content d'avoir toujours ses trois bêtes, il décida de partir au plus vite, non sans avoir remercier le vieux monsieur qui venait à sa rencontre. Il enleva la première corde, puis la seconde et commença à faire sortir ses ânes. Le troisième, sous le regard amusé du vieux monsieur, ne bougea pas. Le berger s'approcha de l'âne et le tira pour le faire sortir, en vain. Le vieux monsieur s'approcha, et fit le geste de défaire la corde de l'âne, et l'âne rejoignit immédiatement ces deux compères déjà en train de prendre leur petit-déjeuner.

- "Mais cet âne n'était pas attaché ?"

- "Bien sûr que si, il l'était, vous m'avez demandé de l'attacher hier, il est resté attaché comme les deux autres cette nuit, et vous avez oubliez de lui défaire ses liens ce matin"

- "Il était attaché ? Sans corde ?"

- "Vois-tu, il y a des cordes visibles et d'autres invisibles, les voir ou pas n'a pas de sens. Elles existent ou non"

Ainsi s'achève cette histoire. Pensez des fois à défaire ces liens et à vous libérer. Ce n'est des fois pas plus dur qu'un tour de main ;-)

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.librement-votre.fr/dotclear/index.php?trackback/37

Fil des commentaires de ce billet